Grandes décisions ou petits tiraillements du quotidien

Grandes décisions ou petits tiraillements du quotidien

On peut parfois se sentir bloqué-e devant un choix.
Avoir, dans la tête, un discours en ping-pong qui passe d’une option à l’autre sans trancher jamais.
Avoir peur de regretter nos choix plus tard.
Demander des avis autour de nous, mais ne récolter que des conseils décevants car inadaptés à nos impressions.
Et pour bien enfoncer le clou, se juger de ne pas choisir ou de ne pas avancer.

C’était ce avec quoi arrivait une patiente il y a peu. Elle m’expliquait que parfois, face à une situation donnée, elle n’arrive pas à se mettre d’accord avec elle-même. Du coup, à la dernière minute, quand elle ne peut plus reculer, elle prend la décision qui lui parle le plus à ce moment-là. Mais en sentant au fond que ce n’est pas complètement juste.

Qu’est-ce qui se passe quand on décide sous la pression ?

Prenons une décision apparemment anodine comme annuler un dîner.

C’est tout simple. Juste avant d’aller à une soirée, nous – ou un aspect de nous – sommes pris d’une envie irrépressible de rester à la maison. On prend le téléphone. On annule le dîner. 
Nous voilà soulagé-e. 
Temporairement du moins. 
Le lendemain, un tout autre aspect se réveille plein de regrets :
Celui qui voulait prendre soin d’un lien d’amitié, ou encore tenir son engagement.
Peut-être que cet aspect-là se trouve tout dépité qu’on ne lui ai pas demandé son avis, qu’on soit « passé en force ». Il nous sert un discours plein de reproches du style « tu aurais pu te motiver quand même », « tu ne seras plus invité-e chez eux ».

Evidemment, plus l’enjeu est grand, plus la tension augmente ! Quitter un travail, se marier, prendre une année sabbatique, déménager, concevoir un enfant….

Et la méthode qui consiste à peser le pour et le contre n’est pas forcément la bonne. Parce que c’est encore le plus fort qui gagne.

Pour augmenter les chances de faire un choix juste, il est donc soutenant d’aller au bout de l’écoute de toutes les parties impliquées. Et qu’il n’y ait pas un aspect de vous qui prenne la décision au détriment d’un autre.

Comment faire, pour être plus au clair face à une décision petite ou grande ?

Si votre discours intérieur ressemble à un débat télévisé un soir d’élections, commencez par appuyer sur le bouton PAUSE.

Parce que c’est exactement comme si chacun des avis contraires dans votre tête provenait d’une personne différente.

Chacune dit son point de vue sans entendre celui des autres. C’est à qui parlera le plus fort.
Alors on leur dit « chut » pour un temps au moins. 

On se tient au centre, avec une attitude d’ouverture et de curiosité.

Peut-être en silence, peut-être à voix haute, peut-être carrément avec un crayon et une feuille de couleur par différent aspect :

Les étapes du processus

  • Tournez-vous tour à tour vers ces différents aspects : celle qui a envie de mettre en route de nouveaux projets, celui qui veut tout arrêter, celle qui veut continuer pour des raisons rationnelles, celui qui résiste (et ne soyez pas surpris-e si de nouveaux aspects se montrent au fur et à mesure).
  • Demandez à chacune (une à la fois et pas toute ensemble hein!) ce qu’elle ressent. En quoi c’est mieux d’aller dans cette direction ou pas. Si quelque chose les en empêche.
  • Leur refléter ce que vous comprenez, pour les rejoindre dans leur vécu.

Sans essayer d’analyser ou de juger leurs potentielles réactions.

=>>> Bonus si vous participez à mon parcours gratuit, vous recevez une fiche de travail pour vous guider dans le processus 🙂


Quand la situation présente fait écho à « autre chose ».

Ce qui peut aussi se passer durant le processus, c’est qu’il ouvre sur des blessures, des souvenirs passés. Comme si votre décision présente était rendue compliquée par le fait que la personne que vous avez été par le passé, ou bien un de vos ascendants, voulait avoir son mot à dire. 

Dit comme ça, ça peut sonner un peu perché !

Alors petit exemple : vous avez envie de quitter un emploi. 

En écoutant les aspects de vous, il y a celui qui est lassé de ce travail ; celui qui entrevoit plus d’épanouissement dans un autre projet, celui qui a peur de perdre sa sécurité matérielle. 

Et tiens, tiens, en écoutant ce dernier aspect, vous réalisez que sa peur est quelque peu disproportionnée. Paralysante.

Car rationnellement, vous savez que vous avez par exemple,  2 ans de droits au chômage ; et assez d’économies pour vivre un an. 

Alors en constatant cette disproportion, votre attention est appelée vers cet arrière-grand-père qui avait pris un risque et s’était ruiné. Il en avait éprouvé une immense humiliation personnelle et sociale, en plus de la détresse matérielle. Il y aura alors à vous tourner intérieurement vers cet homme qu’était votre arrière-grand-père pour « le réhabiliter » en vous.

Ce travail un peu plus délicat nécessite souvent d’être accompagné-e, si cela vous appelle, contactez-moi.

L’intérêt de se mettre à l’écoute des voix (ou voies!) divergentes en soi ?

Ce processus aide à moins vous juger d’avoir des envies contradictoires.

Il amène plus d’acceptation profonde de vous à vous. Ou vis-à-vis de choix opérés par des êtres qui vous ont précédé-e. 

Plus d’évidence sur la direction dans laquelle aller maintenant.

Le piège, ce serait d’attendre un résultat immédiat : c’est l’attitude d’ouverture qui prime !

L’intention est que chacune de ces « parts » soit écoutée et rejointe dans son ressenti, que chacune soit vue dans la justesse de son élan (qu’il soit de vouloir ou de non vouloir). L’intention est de reconnaître la pertinence qui les anime. Et comme elles se sentent rejointes, elles s’apaisent.
Et comme elles s’apaisent, une direction se dessine dans laquelle vous faites équipe avec vous-même, avec plus de cohésion et d’unité.

Tenté-e ?

Dites-moi : quelle est la décision qui vous bloque en ce moment, et pour laquelle vous aimeriez traverser ce processus ?

=>>> Pour recevoir la fiche de mise en pratique, participez à mon parcours gratuit, en cliquant ici.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.