Défis d'enfants

3 activités de plein air pour se régénérer, se concentrer et apprendre

À la recherche de mouvements pour se concentrer, se réveiller les neurones ou tout simplement faire une pause ?
(parce que vous savez maintenant que bouger est un précieux allié pour progresser dans la concentration, les apprentissages)

Si en plus, vous avez la chance d’avoir un jardin, une montagne, une plage ou une forêt pas loin, ces activités sont pour vous.

Testez-les seul-e ou avec vos enfants !

Prenez soin de votre corps et régénérez-vous les neurones

Ces mouvements sont à la portée de tous, amusants et relaxants.

Mais leur apparente simplicité cache des vertus insoupçonnables !

Effectués avec attention, ils parlent à l’intelligence du corps, et activent le cerveau et les connexions neurales. Ces gestes aideront ceux qui ont sauté certaines étapes de développement moteur étant bébé (le quatre-pattes par exemple), à affiner entre autres proprioception, coordinations, sens de l’équilibre.

1 – améliorez votre ancrage en marchant pieds nus

Il est temps de libérer vos pieds des chaussures qui les enferment à longueur de journée, réduisant leur mobilité à celle de petits blocs monolithiques !

S’il n’y a pas de danger en vue (bouts de verre, guêpes ou rochers coupants) : déchaussez-vous et marchez pieds nus. Variez les surfaces pour stimuler l’adaptabilité de la voûte plantaire : sable, herbe, galets, carrelage frais, surfaces lisses ou plus en reliefs.

–> cette astuce simple agit comme un auto-massage dynamique. Effets prévisibles ? Les pieds crispés deviennent agiles, les réflexes plantaires s’intègrent : par ricochet, un impact favorable sur l’ancrage, l’équilibre, la posture, et même le langage.

 

2 – dynamisez votre cerveau… en imitant les déplacements des animaux !

Suggestion déroutante qui mérite quelques explications :

Le cerveau ne fonctionne pas que quand on a une activité intellectuelle !

Il est stimulé aussi par les activités physiques. Ça lui fait même un bien fou, lorsque l’on arrête de cogiter pour bouger, que l’on retrouve les gestes qu’on faisait bébé (qui ressemblent eux-mêmes à ceux des animaux). Notre système nerveux tout entier s’en trouve revivifié. Après cette bouffée d’oxygène, vos neurones aborderont les réflexions cognitives et autres apprentissages avec plus de fraîcheur, voire de créativité !

Comment faire ? Sur le sable, dans l’herbe ou même à la maison :

  • tout simplement, imiter la locomotion des animaux. Rouler dans la pente du sable, ramper comme un ver de terre, ramper comme un crocodile, sauter comme une grenouille, marcher à 4 pattes et faire le gros dos comme le chat, marcher comme l’ours. Si vous vous dites qu’imiter les animaux n’est plus de votre âge, contentez-vous de faire les mouvements sans penser au côté imitation ! Vous reconnaîtrez sûrement une ou deux postures de yoga (le cobra, le chien tête en bas, le chat, la table).
  • avec des enfants en revanche, lâchez-vous et ajoutez le bruit de ce bestiaire, ça les amuse beaucoup !
  • enchaîner ces mouvements, qui reprennent les étapes de développement des bébés, peut être laborieux quand on n’a [plus] l’habitude, surtout ramper qui fait mal aux genoux ! Si vous prenez votre temps, sans forcer, cette petite routine deviendra agréable.

–> à terme, cet enchaînement rend le corps agile, améliore la coordination haut/bas, droite/gauche, réveille le cerveau, aide les parties du cerveau à fonctionner harmonieusement ensemble. Une base indispensable pour les apprentissages complexes.

 

3- améliorez votre équilibre : balançoire, hamac, trampoline, gros ballon de gymnastique

Il y a une logique à tous les bercements, manèges et jeux de balançoires dont les bébés et enfants raffolent. Ils stimulent le sens vestibulaire et concourent à sa maturation ! (les bercements des bébés ayant aussi une fonction affective, un appareil ne pourra donc jamais se substituer à des bras bienveillants).

Si vous ou votre enfant vous sentez corporellement maladroit, facilement désorienté, ou manquez de tonus, optez pour ces jeux de balancement. Ne vous lancez pas d’emblée sur le grand 8, commencez plutôt par de petits mouvements, jusqu’à vous sentir en confiance.

Agréablement déséquilibré, le corps s’adapte et recrute des muscles posturaux profonds, parfois insuffisamment sollicités en postures statiques.

–> conséquences : réduction de la peur de tomber, posture stimulée, meilleur maintien de la tête

 

 

Si ces activités posent problème, et qu’il y a par ailleurs un manque d’équilibre, une posture affaissée ou instable, des soucis de concentration, de lecture et d’écriture, c‘est le signe que le plein potentiel de développement est freiné.

Par quoi ? Cela peut venir de réflexes mal intégrés, d’une maturation du cerveau inaboutie.
La bonne nouvelle ? C’est que ça peut changer ! Alors continuez à bouger, faire bouger vos enfants, le plus possible en plein air, loin des écrans. 

EnregistrerEnregistrer

EnregistrerEnregistrer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.